> Critiques > Labelisés



Ouais quand ils nous disent que ce disque est plus accessible, c’est pour faire les malins non ? " Feels " je t’aime. J’ai envie de te prendre par la main, de te faire danser sur un morceau d’Hervé Villard, de partir avec ma Lada en Russie, de te faire porter un masque. Partons loin, faisons des galipettes dans l’herbe, comme des fous. La pop selon Animal Collective. " Feels " je veux que nous descendions l’Hudson sur ton " Flesh Canoe " que nous allions secouer les feuilles d’un vieux platane dans central Park, humer les odeurs d’une bouche d’égout. La vie sans Animal Collective, est forcement plus saine, mais moins attirante. Comme être attiré par une magnifique plante vénéneuse. " Feels " semble plus pop, en tout cas le début nous le laisse penser, mais quand " The Bees " arrive, le ton change. Le groupe entre en thérapie, se voit au dessus de leur propre corps, se baladant dans les airs, s’échappant de leur New York, pour partir vers des contrées plus verdoyantes. Le chant encore plus important d’Avey Tare, ce piano discret, ces guitares toujours justes, et ces petits oiseaux, " Feels " n’est que l’évolution logique d’Animal Collective. Vous êtes tous invités et vous y trouverez tous votre bonheur, voilà peut être le gros changement. Tout le reste n’est qu’amour et passion. Comme d’habitude. " Feels " j’ai envie de te voir sur le ventre, de t’écouter partout, de boire tout ce que tu me dis, et de renifler ta sueur. Comment te dire, fuyons vers la campagne. Et promenons nous dans les bois. Et nous jouerons du tambour. L’amour rend aveugle, pourtant être amoureux d’Animal Collective, vous ouvrira l’esprit, vous fera rencontrer la partie droite et gauche de votre cerveau. Une révélation. " Feels ", vous l’aurez compris, est un magnifique disque, exceptionnel de créativité. Pour ma part le mariage a eu lieu et a bien été consommé. Je leur ai dit oui pour la vie. Je suis fidèle. En vous remerciant .