> Critiques > Labelisés



Replaçons tout dans son contexte. En 1986 la France a peur pour ses otages, sa bande bleue crame sous le soleil du Mexique, et Denise Fabre cartonne au Top 50 ou presque. Cela dit vous comprendrez le choc de ces morceaux déboulant à la vitesse de Coluche dans un platane. D’entrée les Thugs construisent un mur sonore, prenant le schpountz comme vulgate identitaire, mais brandissant les guitares comme signe de contestation chauffée à blanc. Loin de la posture de noir désir obligé de faire avec l’image, les Thugs plantaient le décor et personne ne pouvait jouer devant. Radical history sous couvert d’une compilation porte en son sein une bombe en devenir (road closed) et une marque de fabrique que la factory n’aurait pas renié (night dance). Inutile de ce fait de chercher plus loin le pourquoi de cette femme fatale. Les thugs ne vont pas droit dans un mur, ils le construisent.