> Critiques > Labelisés



A l’image d’une jeunesse pleine de vie, les thugs sont avec still hungry still angry dans cette période de croissance ou tout nous est permis même les changements radicaux (un son plus rêche). Si bird of ill omen confirme l’ouverture et l’aspiration du voile de fumée, il est définitif que les thugs savent tellement bien freiner qu’ils peuvent à souhait rouler de plus en plus vite (going down). Dans le chapelet du rock on retiendra cette intro démonstrative de raining again permettant à cet instant à un rocker de pouvoir dresser le pavillon tricolore pour peut qu’il soit adepte de la non-soumission à la politique du spectacle. En relisant debord et ses traités sur l’architecture on se dit que la musique des thugs pourrait servir d’accompagnement sonore de ces structures. Quand la colère est signe de vie.