> Critiques > Labelisés



En ce mois de décembre 1997, dans le top 50 du NME, il y avait pour la première fois, un disque instrumental de rock. Oui dans le NME. Ce disque c’était Young Team, le chef d’œuvre d’un groupe, dont la carrière débuta réellement, l’année qui suit. Young Team est une bombe, une tornade, un disque qui allait amener dans son sillage, d’autres groupes, d’autres envies, d’autres horizons. Non Young Team n’est pas un disque novateur, mais il a simplement fait éclater à la face du monde une musique, qui dont l’éclosion s’est faite lentement mais sûrement. Young Team est un concentré d’explosions, de passages lunaires, de morceau d’arab strap…Young Team est un disque exceptionnel. Et puis ce Mogwai Fear Satan qui résume à lui seul la force du groupe, qui défini à lui seul les contours de la touche écossaise…Ce riff joué à l’infini puis l’éclair, l’orage et après la pluie le beau temps, une flûte, un violon…Sur ce disque Mogwai nous présente des classiques, comme d’autres exhibent des chaînes au tour du coup…Like herod, Tracy, R u still into it, Mogwai ne pouvait sortir un meilleur premier disque. La tournée européenne qui suivit permis au groupe de démontrer au public qu’on a beau faire des morceaux de 15 minutes, on en est pas moins un groupe de rock. La scène, là où Mogwai se sent le plus fort, une force qui vous scotche contre les murs, mais un immense bonheur. Young Team, marque une époque, fait de philophobia, de TNT, de the cycle of days and seasons, bref une époque formidable, une époque d’effervescence incroyable, qui vit également le premier album d’un autre immense groupe Godspeed You Black Emperor ! La vie était belle, les gens tristes…Mogwai est un immense groupe. En vous remerciant.