> Critiques > Labelisés



« good evening ladies and gentlement….we are blues explosion…This is not devils music, but it feels devils times… » voilà comment s’ouvre l’outrageux et épineux Help these blues, catapulte à membre, à mettre raffarin à la guitare et au régime. De régime on en avait un peu peur de devoir s’y mettre, tant les annoncent précèdent la sortie du disque nous forcèrent à nous imaginer à manger un gros gâteau. Chuck D, DJ Shadow, David Holmes, Dan the automator….Venant aider un blues explosion d’après un dernier album décevant. Rien de cela, bien au contraire. Ces intervenants n’auront de cesse que de magnifier et faire briller une musique de sueur et de foutre, une musique d’explosion qui ferait danser un flamant rose, partant sûr à l’écoute d’un disque des libertines. Que ce soit en duo avec Martina topley bird (le magistral spoiled) ou seul (Mars, arizona), ce disque n’est pas à mettre entre les oreilles de votre femme, sous peine qu’elle vous demande de singer le fauve mais aussi le crooner. Damage regorge de cette tension que nous gardons parfois habilement au fin fond de nos reins et qui nous fait attendre le temps d’un magistral instru (rivals) le moment où tout sera laché. Sans tomber dans la phrase définitive, damage est le meilleur album de blues explosion, l’album où jon se voit confier le rôle du vibromaphone humain. La science adu retard, blues explosion a de l’avance et la ramène. Énorme. Ladies and gentlemen….




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.