> Critiques > Labelisés



La chute d’une traban sur le sol avait sonné le glas du lyrisme à outrance. U2 venait de prendre un métro station zoo et avait (on l’esperait) rasé son arbre définitivement. Plus de dix ans après, U2 a entamé une marche arrière, et des petits nouveaux s’acquitent eux d’une dette avec une discothèque difficile parfois à assumer. Knowing everyone’s okay n’épargne pas de son lyrisme, des ses grandes envolés, mais souvent avec une précision d’horloger, planant (comme sur la pochette) en dessus d’une foce pleine de pièges. Mélancolique à souhait (mais le tubesque I know n’y échappe pas) Belasco a derrière ce minime défaut d’être parfois trop pompier là où il pourrait moins en faire (roses), une honnêteté et aucun faux-semblant, que Chris Martin et sa bande pourrait à leur tour copier. Très loin de la musique que nous pouvons défendre ici, Belasco trouvera sa place sans peine au côté de whipping boy, le lyrisme outrageusement déployé en plus. On se perdrait bien dans l’univers à la recherche de l ’écho, du bruit de cette traban fracassé, Belasco pourrait bien réussir sans déplaisir à le couvrir, même au milieu du chaos. Achtung baby.




 autres albums


 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.