> Critiques > Labelisés



Irene Rodriguez Tremblay aka Aroah n’est pas une fille qui tranche. Non pas que l’hispano-américaine donne dans le centrisme mou, mais plutôt car elle se laisse porter par sa pop folk qui ne fait pas de vague. Loin des discours politico messianique, ou erotico-sociologico-bobo, elle parle du quotidien avec une franchise et souvent un humour qui n’est pas sans rappeler certaines scènes d’Almodovar quand celui ci n’est pas obsédé par l’image. Très en marge de la scène pop folk qui s’enferme au fil du temps dans un mausolée triste et sans retour, Aroah fait le chemin d’aller vers vous, simplement sans signaux extravagants et encore moins de collages douteux comme des mirages pour vous attraper. Irene n’est pas une sirène c’est un artisan qui dispense des chansons simples comme l’écume des vagues.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.