> Critiques > Labelisés



On nous pompe l’air avec le retour de l’ordre moral et de l’ordre en général, de la fin de la déconnade, des activismes contre la monotonie au profit de la culture du mouton. Heureusement que aux grés des rencontres des artistes comme ? Alos nous donne des raisons d’espérer dans la possibilité non seulement de trouver une île, mais de la recoller à la rive des continents pour contaminer le monde entier. Décadente et surprenante la musique de ? Alos ressemble à un album que Kim Gordon aurait fait en solo avec l’aide la petite Coco pour les bruitages en tout genre. Cette sorte de Janis Joplin des années 2000 ferait passer les albums de Yoko Ono pour des aimables pétages de plomb sans poids véritable. Une contrebasse à faire rugir "ruby vroom" (29 marzo 2003) un chant qui oscille entre hystérie et maniérisme buté à la Béatrice Dalle, ce disque est une drôle de surprise, une bouffée d’oxygène dans le conformisme, un acte arty mais abordable. Grinçant et piquant "ricordi undelebili" est le premier acte fondateur d’une Europe de la fureur de la joie et de l’espoir dans la folie. Chantons tous "Autumno 2004", nos vies en dépendent. Etonnant.

5Five Roses




 autres albums


 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.