> Critiques > Labelisés



Nous n’y échappons pas, chaque jour qui passe, chaque minute chaque seconde nous éloignent de notre jeunesse, période bénie dans l’inconscient collectif. Alors nous luttons tous, tant bien que mal, frôlant le pathétique quand il nous arrive d’être plus tendance que nos enfants, trahis bien souvent par les cheveux ou un embonpoint naissant. Pour stephen malkmus, ex leader du groupe le plus cool des 90’s Pavement, la jeunesse, la fraîcheur et cette attitude très nerd était un fond de commerce et l’attrait d’un combo responsable d’une des pierres angulaires de cette décade terminale " slanted and enchanted ". Plus de 10 ans après stephen malkmus ne cesse de vouloir éviter le vieillissement. Toujours capable d’hymne circa Pavement (ramp of death) ou de pop song savamment bousillée, Stephen Malkmus n’arrive malheureusement pas à sortir du lot et laisse entrevoir un signe d’assèchement par obstination à garder la même ligne qu’a l’époque bénie. De tout cela on gardera do not feed the oyster, petite merveille pop gâché par un solo salaud, le touchant mais pathétique animal midnight, la coolitude (craw song) et le débraillé (one percent of one) en dépit d’une fin longue et éprouvante. Sous les pavés plus rien.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.