> Critiques > Labelisés



Bien malgré nous et certainement malgré lui, Yann Tiersen est entrain d’être victime d’un malentendu plus que dommageable. Il est une tendance de garder tout à soit sans vouloir le partager, et rechigne quand la frontière est intenable. C’est bien-là l’étrange destin de ce multi instrumentiste apprécié de votre serviteur depuis la valse des monstres et la rue des cascades, et mis en lumière conjointement par le film de Zonca et la lumineuse participation de Dominique A (décidément partout) au phare. Pas tombé dans les oreilles d’un sourd, Yann est même tombé dans les oreilles d’un certain Jean Pierre Jeunet qui est au cinéma ce que Delerm et Nothomb sont à la littérature. Et le mauvais amalgame vient de là finissant par voir en Yann un apôtre de la gorgée de bière (l’homme picole bien) et cette vielle France puante et naphtaline des oripeaux poussiéreux. Mais c’est oublier bien vite les musiques et ce génie mélodique et de l’arrangement. Enregistré à la cité de la musique, C’était ici est un résumé de la carrière du Breton sur 29 morceaux (arrêtons avec l’expression piécettes tellement réductrice). Entouré à merveille comme sur ces disques studios (il est à souligner la performance de Christian Quermalet sur les jours tristes en Neil Hannon), Yann égraine ces compositions mélancoliques à la recherche indéfinie du beau. sans cesse sur la ligne émotive Yann sait parfaitment aligner les notes tristes et les notes blanches. Définitivement hors du commun Yann rebalance une lumière offerte, sur Dominique A, ou Lisa Germano, mariant à merveille des univers pas très éloignés. A l’aune de la Black Session de Rennes, l’émotion est moins présente, l’étoile est moins brillante, force certainement d’avoir trop brillé chez d’autre. La performance Live d’un homme trop intelligent pour rester aussi prés des étoiles. Yann tes ailes brunissent mais ne brûlent pas encore. Souhaitons que c’était ici ne soit pas l’annonce de la fin des jolies choses et le passage de l’autre côté. En attendant considérons que c’est ici, la larme à l’oeil d’émotion et de peur.