> Critiques > Labelisés



Après une BO empreint surtout d’une action compilatoire, Yann tiersen s’offre enfin une vraie BO, celle d’un film allemand " good bye lenin ". L’univers de tiersen reste ici le même, une suite de vignette poétique et mélancolique au service d’images à sublimer. Et c’est ici que le bas baisse. Si le phare dégageait de la lumière c’est en la suggérant, la laissant briller en marge d’une réelle image. Sur good bye lenin, yann est orphelin de ce qui faisait la force de ces premiers disques ; une certaine forme de virginité picturale. Une note chez yann est maintenant le reflet d’une image et une suite d’images, et celles viennent contrarier la lisibilité de ces nouvelles composition. Yann n’est il pas victime dans ce cas présent d’un enfermement progressif dans son art particulier et minimaliste, qui au même titre que les imperfections naturelles ou les actes manqués, finissent par lasser par autant de répétition. Good bye lenin est un bon disque, à condition que celui soit le premier de yann de votre collection, sinon good bye.