> Critiques > Labelisés



Déjà de retour après l’épatant director’s cut, Helldorado nous propose avec The ballad of nora lee, la rencontre d’un calexico indifféremment mou du genou ou énervé du collet avec un chris Isaak qui aurait oublié d’être beau. Des chansons de cowboy tendues comme des arcs d’Indiens voulant vilipender une diligence et partance pour le Nouveau Monde, se suivent à la cadence d’un cheval au galop. Moins habité que le 16 horsepower, Helldorado rivalise d’ingéniosité pour sauter les obstacles (the black winds ferait pleurer un litre de bourbon dans les mains d’un membre des alcooliques anonyme) laissant la production masquer des faiblesses et certaines faiblesses grimmer une production parfois faiblarde. Il reste au fond de bonnes chansons aussi à l’aise sous un stentson que sous le bruit d’une berline dans une ballade initiatique….la ballad de nora lee.




 autres albums


 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.