> Critiques > Labelisés



Mais que ce passe il en Norvège, la fonte des neiges est elle prévue dans les jours à venir. Une actualité brûlante, une qualité des productions sans concessions, quelques un des meilleurs disques de l’année, les scandinaves deviennent la plaque tournante d’une scène indé malade de ses absences de concessions. C’est au tour d’Helldorado de nous délivrer un rock brut de décoffrage oscillant autant entre 16 horsepower (i’d waited for this day) sans tension qu’entre le jon spencer blues explosion et son sexe turgescent. C’est dans une salle de billard que le groupe se présente, avec dans l’oeil la rage de celui qui ne mettra jamais une seule bille dans le trou. Volontairement ils se devront de ne rien cacher de ne rien exclure du jeu même quand ils entonnent une chanson que la beauté (dead river) n’a que peut d’égal. Sans pose aucune, excepter pour la pochette, le groupe assigne en résidence la faute de goût la faiblesse tonique, et arrache le coeur de ceux qui sont encore persuadé que pour être suave ils font avant tout il faut être présentable. Un director’s cut qui devrait à oslo ou ailleurs remporter une palme. A découvrir absolument.




 autres albums


 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.