> Critiques > Labelisés



L’histoire économique fourmille de fusion d’acquisition de sociétés travaillant sur le même vecteur, mais aussi de totalement différent. Pour Editors, la fusion avec Interpol pourrait sembler évidente. Même voix sortant d’un morgue héroïque, même façon de jouer une musique qui défi les lois de la rythmique et qui parle avant tout du précipice une fois que la chute est entamée. Mais grâce à ce EP, les entremetteurs économistes jouant sur la bourse des valeurs musicales en seront peut être de leur frais à l’écoute de an eye for an eye, morceau qui avance comme une limace sur un sol cramé par le soleil, vers un eldorado prenant les contours de l’écriture parfois tendue de Depeche Mode. Mettant de côté les efforts balisés de leurs albums, Editors laissent entrevoir des choses que les possesseurs d’une lunette infra rouge devraient mettre en lumière avec la patience d’un fan de Salinger. Agrémenté d’inédits, ce EP met aussi un morceau phare à nue, à peine habillé d’un trait, la voix de Tom Smith y est fragilisé presque touchante, donnant à Editors une épaisseur que nous ne pouvions imaginer. L’action Editors est en hausse.




 autres albums


 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.