> Critiques > Labelisés



Bang, bang ! Après quatre ans d’absence, la Sheriff reprend du service. Et l’on entend claquer les dents trop blanches des rockeuses Virgin Radio et perler la sueur dans leur jean slim Cheap Monday. Sheriff’s back in town donc et entend bien rétablir l’ordre. Dans l’étui fixé à sa cuisse, Games Over son deuxième album enregistré avec la complicité des adjoints Gaël Desbois et Olivier Mellano ; un douze coups prêt à dire la loi. La première balle, “The Story Won’t Persist”, effleure PJ Harvey qui sourit comme en signe de reconnaissance, la deuxième -« Let’s Party »- et la troisième – « Hullabaloo (My T.V. Ratings) »- se fichent dans les flight case de l’orchestre du saloon pour l’enjoindre de se convertir à un rock sec et agité de tics nerveux ; les neuf autres imposeront introspection à une pop aux reflets electro (« Black Dog », « Easily Influenced »), contraindront des cordes et un clavier au froti-frota (« Like Ink With The Rain ») ou des guitares à une lutte à mort avec une batterie (« Solitary Play »). Laetitia Sheriff, forte de sa polyvalence (ces dernières années, elle a signé la bande-son d’un documentaire ou a rejoint une troupe de danse contemporaine), livre un album aux formes multiples que l’auditeur ne découvrira qu’à l’issue d’écoutes répétées. Le titre du disque mentait donc : games are definitively not over.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.