> Critiques > Labelisés



Nous le savions depuis qu’ils nous avaient offerts "glad to be fired" pour une de nos compilations, les aeroflot naviguent dans des eaux troubles et impulsives et ce premier album ne nous prouvera pas le contraire, retrouvant ce groupe qui entre ses claviers et son assise rock, choisie de tout mélanger pour donner à ce son le droit de jouer avec Deus ou un jon spencer sans sex appeal. Commencer un album par "my dentist is god" c’est déjà faire preuve d’un trouble certain, mais que dire alors de toucher à l’icône en se mangeant un alléchant et plantureux "martin burger king" à la sonorité actuellement "friandisé" par les amateurs de " oh ouais moi aussi je vais découvrir le nouveau son qui fait penser à de l’ancien, mais que l’on a que cela à ce mettre sous la dent ". Clin d’oeil appuyé (tv pro personality) ou vraie prise de position sur les mains le séant comme premier plan, on tardera à savoir qui sera en finale entre spiridonov ou loss, entre le kamchatka et le yakoutie (bien connu des amateurs de risk), mais on ne tardera pas à prendre la suite de cette furie venue de chez nous après un stage dans les stocks de l’ancienne armée rouge….De plaisir. Un joli bonbon coloré et poivré.

Datchadiscos




 autres albums


 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.