> Critiques > Labelisés



Ne vous inquiétez pas le chanteur de Deerhunter n’est pas anorexique. Il est juste un peu maigre. Faut dire aussi qu’ils se sont fait connaître grâce à leur tournée américaine avec Liars et que dans le genre Angus est pas mal aussi. Pour être franc j’ai entendu pour la première fois Deerhunter sur Myspace il y a quelques mois de cela. Quelques morceaux de " Cryptograms " étaient disponibles ainsi qu’un morceau d’un ep totalement génial. Leur musique est hybride, hypnotique assurément. A la fois rock’n’roll, à la fois spatiale tout est ici question d’atmosphère. L’attente était donc méritée et récompensée, car " Cryptograms " est un témoin urbain et conscient de son impact. Soit un grand disque. Un disque copieux dans lequel se mélangent de longs passages brumeux, où tous les instruments se mélangent pour ne donner qu’une seule note se propageant dans l’air comme un Superman sans cape. Et puis il y a ces morceaux, enfin ses tubes plutôt, avec une ritournelle fantastique, ou un passage guitaristique de type démoniaque. On pense parfois aux débuts de Broken Social Scene, mais sur un dancefloor, des pads au bout des doigts en lieu et place d’instruments. C’est ça aussi la force du groupe, combiner de fantastiques morceaux de rock, avec des éléments extérieurs et non naturels donnant encore plus de relief à leurs compositions. Vous quitterez forcément votre chaise quand vous tomberez sur cette géniale trilogie " Spring Hall Convert "/ "Strange lights "/ "Hazel St " et vous vous direz que ces gars ont de l’hydrogène dans le cerveau. Prêts à s’envoler. Un premier essai somptueux qui va encore agrémenter la discographie de Kranky d’un coup de maître. Mais non je te dis qu’il est pas anorexique. En vous remerciant.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.