> Critiques > Labelisés



C’est d’Australie que nous arrive ce groupe, porteur d’un gène que nous ne pouvions pas imaginer croiser un jour, le post rock héroïque, comme la bande à Bono a pu être le fleuron de ce que l’on a appelé le rock héroïque dans les années 80.

Nous pensions ce style hors de danger, à l’abri de cela, mais Sleepmakeswaves et ses titres à rallonge semble avoir eu la peau de cette musique respectée notamment par Mogwaï, les gardiens d‘un temple que ces australiens foulent avec des bulldozers. Car si l’album est parfois intéressant, il est souvent pompier et finalement très ennuyeux. En plus de jouer des bras, le groupe est ultra didactique, utilisant le piano comme un monsieur Loyal, chassant l’electro pour installer un piano, et nous de laisser place aux bâillements.

Long pour ses titres, long dans sa durée, ce disque des Sleepmakeswave est une longue souffrance aussi difficile qu’une ballade dans une rue qui n’a pas de nom. Plombant.




 autres albums


 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.