> Critiques > Labelisés


  • 4 mars 2007 /
    Dionysos
    “monsters in live”

    rédigé par gdo
      notez cet album


Les choix de concerts de Dionysos en cd ou dvd deviennent aussi nombreux que les points noirs sur les ailes d’une coccinelle. Après la tournée du Jédi, après une route du rock en bonus du monstre en studio, voici le monstre à l’Olympia mais surtout au Zénith en compagnie d’une formation on ne peut plus discrète….un orchestre symphonique. L’annonce de la rencontre des deux univers avait laissé dans mon imagination dans un capharnaüm digne de la chambre d’un Mathias Malzieu adolescent jonglant entre les raquettes et les fées entre l’Amérique et le football à la balle ronde. De la balle le groupe a gardé les rebonds qui ne devaient pas se marier, pensais-je, à la rigidité massive d’un orchestre. Comment des chansons faites pour l’énergie et l’émotion brutes pouvaient se voir adjoindre une orchestration dont l’ombre finirait par inhiber la portée. C’est là que Monster in love, l’album studio fera éclater l’épaisseur qui peut être remplacée l’immédiateté des productions passées. C’est peut-être pour cela que Dionysos ne se retourne pas beaucoup sur des précédents albums pour ce live. Tout juste le groupe sortira ses deux tubes des éprouvettes trop petites si on les compare avec l’énorme chaudron duquel sortira les chansons de Monster in love, chansons à la lourdeur du sujet (encore plus perceptible et peut être perturbante sur scène) et à la décadence plus qu’accidentée. Mathias saute peut être moins qu’avant, laissant l’âge prendre possession de lui, donnant aux notes de musique ce rôle de marsupilami étonnant. Live donc le plus nécessaire de la discographie de la bande de copains, monsters in live est le document d’un groupe qui n’a jamais aussi bien porté son nom. Monster of love, monsters of live.