> Critiques > Labelisés



Ordinary days c’est le nom qu’a donné lisa cerbone a son dernier album. C’est que la dame mésestime bien sa collection de chansons cristallines, caressant l’auditeur comme il est rare de le faire. Produit par Mark Kozelek (présent également à la guitare) ainsi que d’un musicien d’american music club, ordinary days combine la justesse dans le ton et la production, et le bonheur de ne pouvoir être détesté. Lisa cerbone (clone vocal de Harriet Wheeler) construit son chemin avec des vignettes douces, sans jamais tomber dans une niaiserie parfois promise à ce genre d’exercice. Non, ordinary days est un album d’une beauté câline incroyable. Les mélodies sont protégées par un écrin en la voix de lisa, et rien ne peut les altérer. Album parfait s’il en est, ordinary days ne laisse pas le choix à l’auditeur de zapper, ou de se fixer sur un titre, rien n’est ici pour remplissage, toutes ces chansons ont le droit d’exister de swallowing stones qui ouvre (le fantôme du everything but the girl du début) à ordinary days pour une clôture en boucle. Vous l’avez compris, ordinary days n’est pas un disque comme les autres, et il est difficile avec des mots de clamer sa beauté. A découvrir absolument.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.