> Critiques > Labelisés



Patrie de la musique électronique version electronica, l’Allemagne commençait à ressasser des musiques trop apprises et comprises pour de nouveau séduire. En ce début d’année Notwist avait admirablement compris le danger et l’avait esquivé de main de maître rendant des comptes à qui voulait bien en demander. Après tarwater dernièrement c’est au tour de Schneider TM de casser la frontière et de plonger ses neurones dans le chaudron de l’écriture de "chansons". Teinté d’afro "cubanisme" zommer est une exploration minutieuse des possibilités qu’a un homme quand on lui donne les moyens de réduire le monde à ce qui se trouve dans son entourage physique proche. Si on regrette la noyade sous des vagues de sons divers et variés, la ligne mélodique, trouvaille chez Schneider, prendra son temps pour vous happer et vous bouger non seulement la tête mais aussi le corps. Souvent métallique, l’electronica ici fond sous l’effet de la chaleur et fusionne plus que jamais dans un grand flow au brassage multiple. Après ce zoomer on peut définitivement l’affirmer ; electronica année 0. Chaleureuse rencontre à défaut d’être géniale.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.