> Critiques > Labelisés



Nos luxembourgeoise préféres sont allés chercher loin leur nouvelle signature. C’est au pays de fort fort lointain, au pays du football Australien et du wallabies, que Own Records est allé pêcher un joli poisson gracile et virevoltant du nom de « Charge Group ». On ne parle pas de plumage pour un poisson, alors on vous dira que sa structure d’écailles en fait le zéphyr de son endroit. Cousin évident des Red House painters, Matt, Adam, Matt et Jason n’écrivent pas sur les même cahiers que ses contemporains. Déjà il utilise la plume (le ramage !!), profitant de la légèreté de celle ci pour ce laisser aller au grés du vent et de la brise. Ensuite le papier n’est pas blanc, il a vécu, il s’est paré d’une couleur chaleureuse et chaude. Avec ce support, béquille de nos mémoires pleines, le quatuor boise son interprétation, volant (la plume !!!) au dessus de tout avec une légèreté, mais en même temps un aplomb puissant et dense. Alors si le groupe demande souvent son chemin, demande à ce que la lumière lui soit proposé comme un révélateur du chemin à suivre, nous ne pouvons que constater que c’est nous qui suivrons cet astre de l’obscurité, qui parvient à tout illuminer de ses écrits et de ses enluminures de ce prodige de songwriter. Tout à la fois proche et céleste, « Escaping Mankind » est la réponse à une humanité chancelante, presque un acte humaniste rare, la lettre inaltérable d’un insulaire qui ne nage que pour danser. Une pépite à facettes.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.