> Critiques > Labellisés


  • 10 novembre 2009 /
    Sigur Ros
    “Með suð í eyrum við spilum endalaust ”

    rédigé par gdo
    4 votes
      (6/10 - 4 votes) notez cet album


Une pub au slogan aussi tarte à la crème qu’une chanson de Coldplay sur le réchauffement climatique, disait qu’un volcan s’éteignait et un être naissait. Et Giscard dans tout cela ? Ce n’est pas connaître la terre neuve et fraiche de l’Islande pour imposer aux oreilles des téléphages avertis, cette nuisance sonore et objectivement vieille école. Car en Islande l’homme vit en combinaison avec une terre vivante et remuante, il s’émouvrait presque de la voir figer sous la glace, le feu éteint à jamais. C’est d’Islande que les Sigur Ros viennent, et si la posture entre arty et volonté d’en dévoiler le moins possible finissait par me laisser aussi froid qu’un tête à tête avec Nadine Morano, il n’en demeure pas moins que le groupe comptait plus à mes yeux que le premier combo anglais taxé de génie sous couvert d’une chanson pour vendre des packs de flotte. Détaché de ce détachement (le chroniqueur est fatigué, le chroniqueur ose) le groupe signe avec ce nouvel opus la meilleure réponse à ses détracteurs. Avec ce disque le groupe quitte le minéral pour une animalité toute neuve. Le disque s’ouvre sur des lalalalala enchanteurs et jubilatoires, mais l’ouverture se voyait déjà sur le disque avec ce clin d’œil aux idiots de Lars Van Trier, la nudité comme liberté, le mouvement comme précepte absolu pour le pas connaître la statufiassion. Le collectif islandais oublie ses propres entraves, pour livrer un disque tout aussi aérien que les précédents, mais plus prêt du sol, sans piquer, juste à l’image des hirondelles un soir d’été, semblant danser dans les airs comme pour charmer la lune. Un morceau comme 5 si il est évidemment un titre de Sigur ros comme les autres, il a ce je ne sais quoi dans le chant qui le fait partir ailleurs. Alors que l’on parle de plus en plus des privations des libertés de façon étatique ou plus insidieusement par des biais que nous ne soupçonnons pas, un groupe du pays des volcans signe une ode à l’unique quête raisonnable de l’homme, la liberté.




 autres albums


 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.