> Critiques > Labelisés



Déjà l’heure du bilan ou point avant un changement, Minor Majority offre avec Candy store la quintessence de son œuvre, mais également de nouvelles compositions. Benjamin, pour la sortie du précèdent album du groupe nous parlait de Dancing In The Backyard " comme d’un titre dont il sera difficile de vous défaire et c’est tant mieux tant mieux, et il ne croyait pas si bien dire. A l’image de The Walkabouts, Minor Majority soigne la présentation et les mélodies pour des chansons qui ont à la fois de l’ampleur et une tendance à la timidité, à ne pas oser. On pense insensiblement aux deux derniers albums des Tindersticks, cette soul rageuse et folkisante qui prend sa source autant dans les films de Dardenne que dans les épopées de John Ford en cinémascope. S’opposant au sein même de son nom, Minor majority. Accords mineurs pour émotion maximale, même si au final tout cela tend à pousser dans la même direction. Harmonica, slide guitare, chant bas pour les hommes, cristallin mais affirmé pour les femmes, le groupe a des principes bien affirmés et parfaitement maîtrisés. Un grand groupe secondaire, un grand disque pour le découvrir et pour recevoir ses nouvelles chansons. Chaud comme une belle chambrée un soir d’automne sous un gros pull crème. Cliché cliché c’est aussi du vrai.




 autres albums


 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.