> Critiques > Labelisés



Sorte de super groupe improbable, Centenaire est la combinaison des talents de Damien Mingus (my jazzy child) d’Aurélien Potier, d’Orval Carlos Sibelius et du petit dernier de la bande, Stéphane Laporte de Domotic. Chacun avec sa spécificité (rock, jazz et electro) amène sa pierre à l’édifice sans polir les angles pour que tout tienne droit. La cohérence se fera dans le liant pas par une colle factice. Comme tous les cascadeurs de la mélodie et du mélange des genres (Robert Wyatt et Mark Hollis en tête) Centenaire joue avec le risque de ne pouvoir être compris. Mais c’est sans compter en ses mains expertes de la mélodie qu’elle soit ou non en sous-sol, ces as de la chasse au gaspillage. Enregistré dans l’intimité d’un salon à la campagne, Centenaire a l’odeur du bois, la chaleur de celui-ci quand il brûle mais aussi sa robustesse et la souplesse de son enfance. En fermant les yeux la forêt pourra vous parler à la fois de la mort et des fantômes, mais aussi de l’odeur de l’humus par lequelle la vie arrive, une vie longue de centenaire. Magistral.




 autres albums


 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.