> Critiques > Labelisés



A 17 ans on est con généralement. On fait le con aussi. Khonnor a 17 ans et " Handwriting " est une merveille. Sorte de Jessica Bailiff au masculin, Khonnor s’envole, nous sort de magnifiques morceaux de dream pop. D’ailleurs ce terme dream pop, n’a jamais aussi bien porté son nom. Lorsque les premières notes se font entendre, on se croirait dans " Hurt " le morceau de Nine Inch Nails, sauf que la suite est un concours de montgolfière, qui remplace le temps d’un instant les étoiles. Tout semble très lointain, tout semble irrationnel, mais en fait tout est question d’apesanteur. Cela parfois peut sonner un peu ringard, car fait avec les moyens du bord, donnant un petit coté FM au tout, clairsemé de bruits de synthétiseur à la Jean Michel Jarre, mais lorsqu’il laisse tomber le voile, c’est un vrai bonheur comme ce fabuleux " Crapstone ", magnifique, et entêtant, ou comme l’inattendu " A Little Secret " et ses rythmes à la Aphex Twin. Après sur 14 titres on en peut pas lui demander d’être parfait tout le temps, certains morceaux étant un peu plus anecdotiques, moins aériens et plus conventionnels. Ceci dit l’exploit est quand même de taille, car réaliser un tel disque à seulement 17 ans, c’est la classe. Pour ne pas oublier qu’il n’est encore qu’un gamin, il nous propose sur son site un chouette jeu, où vous devez dégommer des étoiles et autres comètes. En même temps dans le Vermont y a pas grand-chose d’autre à faire. A découvrir absolument. En vous remerciant .




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.