> Critiques > Labelisés



Ne comptez pas sur moi de dire du mal d’un disque qui tend plus vers une léthargie voulue. Derrière patriotic Sunday se cache un jeune nantais assoiffé de calme mais aussi de mélange dosé plutôt que du surdosage. Alors oui ce nom, oui en dire du mal certes, mais pourquoi après tout, on ne balance pas les disques de Nirvana sous prétexte que beaucoup ne le connaîtront pas, ou encore Can car peu de monde pourra. Mais là nous sommes loin du sujet, très loin. Esthète minimaliste quoique (violeta et son orchestration profonde et indispensable). Avec un chant toujours juste et fort (on entend la bouche, vous savez là d’où sortent les sons qui forment les mots) et cet appui irrésistible de sa guitare mélodieuse et timide, Patriotic Sunday prend la trace des grands tout en s’en éloignant par un amour pour les sons exotiques (le très enlevé (may be) anna war right ?). Une musique loin d’être celle d’un porte-drapeau, un disque comme il en tombe d’ici et là. On avait déjà connu ce genre de rencontre avec Mansfield tya et depuis le duo ne nous quitte plus. Patriotic Sunday nous a aussi sous ses ordres, tant qu’il garde cette flamme intacte. A découvrir absolument.