> Critiques > Labelisés



Après avoir fait son Zoo TV version cheap, Looper est de retour avec de Snare. Collaborant avec Evil Bob un assistant de la tournée, Looper accouchera donc d’un quasi concept album, signal de fumée d’un spectacle total. Au rythme de ces 10 morceaux Looper nous promène dans cette rue sombre qui orne la pochette, tout juste éclairée par une lumière rouge. Sur l’histoire des déboires discographiques d’Evil Bob, l’ex Belle and Sebastian évite le poisseux en soignant les contours atmosphériques. Si le saxophone d’Evil Bob est nécessaire c’est qu’il sait se faire désirer, soulignant à merveille un morceau comme Peacock Jonson dans lequel Portishead croise enfin Tricky pour un duel sans merci. Si l’ensemble est cohérent (n’oubliant pas que c’est de l’ordre du concept album) ce CD fini par lasser par manque de changement de rythme et surtout par la fadeur de la mayonnaise r’n’b pop. Si Stewart David manque son pari c’est avant tout par manque de discernement, les ambiances souvent bien senties ne méritent pas ce hip hop de maternelle et une chanson comme Good Girl gagnerait à reprendre le chemin du studio afin d’y recevoir un traitement moins planplan. Stewart David ou le grand sommeil d’un ex Belle et Sebastian.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.