> Critiques > Labelisés



Je savais pas, et puis je l’ai fait, car si je me suis marrer à l’écoute de ce disque, c’est que je sortais avant son écoute d’un rendez vous avec un banquier coincé du cul, à qui je conseillerait bien certaines dragées afin de lâcher la bouze qui a tendance à tellement le remplir, que celle ci lui pollue le cerveau. Didier Super lui cette merde il l’a chante, enfin la braille. Avec son côté moniteur inquiétant de colonie de vacances, Didier Super balance les chansons, exclusivement des reprises, avec en toile de fond un jeu qui consiste à reconnaître celles ci. L’exercice est facile car les réponses sont proposées sur la pochette, mais difficile car musicalement le traitement est à peut prés du niveau de celui d’un groupe de jeunes gens boutonneux. Si l’on excepte la reprise de "Hallelujah" de Cohen (si si il a osé) se finissant par un énorme allez Lens, on s’emmerde vite après une écoute. Mais au final, si ce n’était pas de la part de Didier une façon de purger nos cerveaux de ces merdes infâmes qui nous pourrissent tous un jour ou l’autre la journée. Entre le gros sketch (je vous conseille la présentation de la reprise de la chanson pour l’Ethiopie) et la pochardise, ce disque est à prendre comme toujours chez Didier avec des pincettes, et une bonne dose de décontraction. Les pincettes car la matière tache, la décontraction, car au final il y a pas grand mal à tout cela.




 autres albums


 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.