> Critiques > Labellisés


  • 22 septembre 2020 /
    Lizzy Young
    “Coocoo Banana” (GFY)

    rédigé par gdo
    4 votes
      (10/10 - 4 votes) notez cet album


Je l’ai découvert alors qu’elle faisait ce que j’ai toujours rêvé de faire, détruire une voiture après lui avoir dansé autour le tout en rendant hommage à Leonard Cohen. Elle s’est Lizzy Young, française qui aura préféré les rues de Barcelone et maintenant celles de New York pour trouver l’équilibre dans sa création, ou plutôt le déséquilibre. Originaire de la banlieue parisienne, Lizzy signe avec « Coocoo Banana » un album hybride, mélangeant la philosophie de la musique électrique des Etats Unis avec celle de l’Europe, le tout sous une forme de nuage de désenchantement, de fausse lassitude, jamais crispante, toujours attirante. Habillée qu’elle est d’une robe de mariée le temps de ce clip du très addictif « Obvious » (on vous en dit le plus grand bien dans la clipothéque), Lizzy n’a pourtant pas de liaison fatale, sauf peut être avec Camilla Sparksss, sa cousine de chez On The Camper Records. Comme elle, elle provoque la rencontre d’une époque et d’un after punk, ici totalement décharné, proche de Suicide, même quand sur « Elephants » elle replonge dans sa langue maternelle pour un titre entre naturalisme et fausse naïveté breveté chez La Femme. Entre chant et véritable déclamation protestataire (Kill All The Men), Lizzy Young joue la provocation (God is Pink) avec le doigté d’un commissaire à la FIAC, façonnant avec la froideur d’un artiste contemporain des morceaux un matériel simple, mais indocile.

On comprend rapidement pourquoi la mariée qui pourtant était en blanc avait décidé de ridiculiser un exemple même de la vacuité contemporaine, la voiture haut de gamme, Lizzy Young balançant tout, même ses craintes et ses doutes (Oh ! Jupiter) sans la moindre dose de maniérisme, faisant tout avec un naturel loin de la mode des chanteuses à gestes. Lizzy Young, l’anti conformisme au service d’une identité forte et sans borne (Squid Juice in Hollywood). Le très chaud « Coocoo Banana », brûlant en son cœur, froid à l’extérieur.




 autres albums


 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.