> Critiques > Labelisés



Elle doit être belle la presse anglaise au moment où sont écrites ces lignes. Ils doivent être beau les aboyeurs qui voyaient en gorillaz un très bon disque gâché par la petite teigne de blur. Elle doit avoir la flemme de se rendre au zoo pour visiter le gorille car comment (oui c’est une question stupide mais il faut noircir) passer à côté de cet album sous prétexte que damon albarn participe (à 100 %) à celui ci. Comment maltraiter ce clint eastwood meilleur single interplanétaire depuis le loser de beck. Damon albarn chez les gorilles. De blur il reste des miettes éparpillées sur Re-hash (qui flirt avec la dernière production du groupe, une fille comme capitaine de bord et la dilettante en figure de proue) sur 5/4 (cet accent coockney qui traîne chez weezer et pavement) ainsi que sur Punk (un moonkees chez les gorillaz dans la jungle de song 2). Pour le reste c’est un terrain de jeu rêvé pour pop star intelligente. Tomorrow comes down affirme le talent de damon ; un rôle de slacker jamais très loin d’un holden caufield hip hop. Sur new genious c’est massive attack chez les ploucs alors que pour sound check et sa drum and bass crasseuse se serait plutôt punch et catchers. Dans la majorité de ce disque le primate est en liberté (man research un morceau très spécials) ou encore le H.I.P H.O.P. jubilatoire de rock the house ou avec le double bass dans lequel damon prend de la morphine au pied de la porte. Dans une grande partie de ces disques de récréation la fin est souvent victime d’un essoufflement avec après tant d’énergie dépensée à jouer, mais là au contraire. IS 2000 (future bande son d’histoire sans parole), Latin simone (buena vista social club dans la jungle, ou ibrahim ferrer chez les canailles, le vrai parrain de l’affaire) Starshine (reggae sous ectasy, et damon en chien battu)Slow country (sublime pop song parasité, trés grand moment de ce disque) témoignent de la splendeur de ce disque. Alors les critiques anglais n’ont qu’a bien se tenir dans la cage, enfermés dans ce M1AI rempli de zombies et de gorilles qui vont à la vitesse d’un clint eastwood remix leur faire passer l’envie de chanter gare aux gorilles. S’il en reste qu’un faites que ce soit lui !




 autres albums


 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.