> Critiques > Labelisés



Dans la longue liste des disques de 2017 que nous avons oublié à tord de chroniquer voir carrément d’exposer, Darto serait en tête, pas loin de la première place.

Il y a chez Darto tout ce que nous aimons. Un sens mélodique évident, mais qui ne se la raconte pas. Une maitrise dans la création d’atmosphères, habillant ses morceaux comme on le faisait pendant la meilleure période de 4AD.

Il faut chercher dans les illustres de la scène indépendante pour retrouver des connexions, car cet album de Darto n’est pas une musique hors sol, mais une musique hors du temps. On ira chercher que ce soit pour la musique ou l’attitude vers des groupes comme Yo La Tengo, Low, Sonic Youth sans les sons stridents, mais avec la même envie d’en découdre avec le format chanson, explosant les lignes de conduite (No Self). Les routes du possible sont vastes et multiples chez Darto, qui ne pense qu’à s’évader le temps d’un album qui est une boite à malice impressionnante, comme si un fan de musique, à la tête de la plus grande discothèque du monde créé le premier digest haut de gamme, se permettant des prouesses comme l’écriture d’un titre de The Fall (Aging) sans une once de nervosité, plutôt le coude sur la portière que les dents sur le volant ou la passagère d’à côté.

« Human Giving » est un disque à facettes, multiples et réfléchissantes, un disque d’un groupe que l’on sent au summum de la maturité, celle qui permet de désobéir pour la création. Grand disque




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.