> Critiques > Labelisés



Maxime Liberge aime-t-il brouiller les pistes, tel que le ferait un voyageur au long cours qui n’aimerait pas que nous le suivions. La première fausse piste est dans le nom du projet (ou groupe, le quatuor étant composé de Juliette Richards aux chœurs, Gabin Liberge à la basse et Baptiste Ollivier à la batterie et Maxime).

Mezzanine est pour les disciples de la musique indépendante ou pas comme les autres, l’un des albums majeurs des 30 dernières années, le troisième album noir et dingue dans sa conception de Massive Attack. Mais n’attendez pas de trip hop dans entre des guitares de Maxime, ni de spleen, la lumière y serait presque aveuglante. Mezzanine peut être alors comme l’endroit de la maison où ses chansons écrites pendant un périple le menant de la France à la côté Est de l’Australie auraient été façonnées. Ou alors la Mezzanine comme cette terrasse surplombant une plage léchée par l’océan. C’est vers cette direction que nous nous dirigerons, tant les deux morceaux de ce single sont balayés par la chaleur et la lumière, respirant tout à la fois la coolitude et une envie totale d’évasion de grand espace. Ces morceaux communs à la première écoute se développent au fil des écoutes, nous ramenant, surtout avec les choeurs de Juliette, vers l’un de nos attrapes coeurs, The Adventure Babies.

Pas évident que Maxime aime brouiller les pistes, il a tellement mieux à faire, il illumine l’horizon. A écouter absolument.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.