> Critiques > Labelisés



Le troisième effort de Duncan Sumpner aka Songs Of Green Pheasant tient son titre de la rue de Falmouth (Cornouaille) dans laquelle le trentenaire vivait au mitan des années 90 alors qu’il menait des études d’Art. A propos de ce comté d’Angleterre où il a mené une existence dont le disque veut témoigner, Sumpner écrit d’ailleurs : « Si vous connaissez un peu la Cornouaille, vous savez sans doute qu’elle accueille un tas d’inadaptés sociaux. Ils finissent là parce que tout y est plus lent et le climat apaisant. » Cette citation dit assez bien l’atmosphère d’un disque qui paraît deux ans après la sortie de l’album homonyme de Songs Of Green Pheasant : sur Gyllyng Street tout est effectivement lent et apaisant. S’il délaisse son folk quatre-pistes cotonneux pour se tourner vers une musique (toujours) cinématographique mais plus dense, désormais pensée pour écrans géants et , nouveauté, qui s’incarne grâce au concours d’un groupe au complet (basse, batterie, trompette, choeurs...), Sumpner continue de dessiner ces lignes mélodiques affleurant à peine à la surface d’une page où apparaissent invariablement les formes d’un amas de nuages et celle d’une traînée de bruine. On pense aux architectes de l’immatériel et du souffle des années 90, de Codeine à Bedhead, ou aux tenants actuels d’une musique de l’esquisse à la Maps ou Great Lake Swimmers. On pense puis on cesse et on enfile son Guy Cotten avec une furieuse envie de parcourir la lande brumeuse et humide de notre propore géographie du vécu.




 autres albums


 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.