> Critiques > Labelisés



Au fin fond d’une décharge, un homme chante avec le désespoir du laissé pour compte et nous parvenons à l’écouter sans même penser une seconde à lui donner la main. Ne pas le laisser pour paraître plus riche, juste le laisser, car dans ce milieu c’est là qu’il puise sa vie. Fait de peu voire de rien, chantant souvent sur un accord, Dust Dive est un Flaming Lips pouilleux, qui aurait revêtu un manteau afghan pour chanter sur une musique au croisement du recyclage et de la nécessité basse. Quand on pointe l’oreille on entend des oiseaux chanter, nous sommes bien dehors, le dedans de The Dust Dive, dans un inconfort qui n’a d’égal que la mélancolie poisseuse qui sort de ces chansons malades. Impossible de ne pas penser à Sparkelhorse en écoutant Main Street Anthem, la même possession des grands fonds, la même allergie de la stabilité, ne soyons surtout pas désinvoltes, ayons l’air de tout et surtout de se plaire sans forcer notre nature. Asleep Or Awake Walk est plus qu’un disque triste, c’est une descente au raz du sol, au plus prêt de la naissance des choses, mais aussi de leur mort. Tom Waits devrait ici trouver un frère que sa mère aurait eu avec le père du Bill Callaghan barré et autiste des premiers disques bicolores. Asleep Or Awake Walk fait du mal là où l’on était bien, une âme Gipsy, le coin du feu d’un camp de fortune monté par des gens du voyage perpétuel. Ne sortez pas les poubelles et ouvrez votre cœur. Énorme.




 autres albums


 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.