> Critiques > Labelisés



De prime abord, lorsque nous avons découvert que la compilation A Découvrir Absolument #28 accueillait un morceau d’un groupe appelé Chapi Chapo et les petites musiques de pluie, nous nous sommes demandé s’il ne s’agissait pas d’une erreur : Chapi Chapo sur ADA ? Et pourquoi pas "le manège enchanté tournera-t-il encore ?" ou "Oui Oui et la voiture magique" ?

Et puis, connaissant la rigueur de sélection du webzine, nous nous sommes penché sur le morceau proposé. Une pure merveille. Alors, l’envie d’en savoir plus et écouter nous a pris. Grand bien nous a fait, tellement, depuis, "Robotank-Z", le troisième album du groupe, ne quitte plus notre platine. L’univers onirique et multipistes des Bretons est simplement magnifique. On navigue dans un univers magique, décalé et attendrissant. Sans parler de tous ces invités formidables, qui enrichissent le LP.

Quelques exemples parmi d’autres ? Sur "Hand In Hand", c’est une sorte de Radiohead avec canard qui fait squitch qui se propose à nos oreilles. La mélancolie est là, mais les petits sons bizarres et inattendus viennent redonner de la joie à l’ensemble.

Avec "La leçon", qui accueille Andrea Perdue et sa voix de nymphe au chant, c’est l’univers magique de Yann Tiersen qui nous vient immédiatement à l’esprit. Mais là encore Chapi Chapo s’inspire de cet autre Breton pour faire sa propre production.

Sur "King of Yesterday", la superbe Kelly de Martino sussure sur une ritournelle que les Chemical Brothers n’auraient pas renié. Seule différence, mais de taille ? Les ordinateurs ont les boulons qui sautent, un virus s’est incrusté dans les tablatures électroniques et les fils des baffles sont un peu abîmés, ce qui rend le son bancal. De toute beauté.

Tout cela sans parler de l’incroyable "Where Went The Mighty Quinn" recevant la splendide voix de Jason Lytle (chanteur de Grandaddy), qui magnifie tout ce qu’il touche, et en particulier cette chanson, douce amère. On a du mal à croire que l’Américain n’a jamais mis les pieds à l’Ouest de la France pour enregistrer ce titre, tellement les embruns sont présents.

Et puis, il y a les intervalles, ces tous petits morceaux qui participent à créer cette ambiance si particulière qui transcende l’album. Et qui feront, nous en sommes sûrs, des portes d’entrées extraordinaires pour que nos enfants veuillent en écouter plus. A n’en pas douter, ils demanderont ensuite à découvrir des musiques proches. Autant d’enfants qui ne se vautreront pas dans le bas de gamme, à écouter Gangnam Style en boucle sur hihoutube ! Merci Chapi Chapo.