> Critiques > Labelisés



La vie n’est jamais à un paradoxe prêt, songez plutôt. Tom et Madeleine, les deux tiers de Rum Tum Tiddles se sont rencontrés en mission humanitaire au Kosovo. Là bas en plus de redonner de la vie à un endroit meurtri, ils entonnent des chansons de Nick Cave ou Will Oldham. Le paradoxe est que la musique de « We Could Be Pirates » est à sa grande majorité faite de joie, de mélancolie positive et ne sombre pas dans le tragique, il faut dire que pour être un pirate, il faut du courage.

Ce courage le duo le décuplera à Nantes au contact de Fred Lambert. A trois sur un frêle esquif ils vont chanter des comptines pour des adultes qui gardent en eux des souvenirs de l’enfance, cette période pendant laquelle les rêves sont réels, la nuit n’étant qu’un moment comme un autre, pas encore celui du repos . Car les pirates ne dorment jamais, ils s’amusent avec les éléments, faisant de la mer une maitresse exigeante et des autres bateaux un espace de jeu nouveau.

Rum Tum Tiddles dans l’immensité des océans joue du folk intimiste et toujours teinté d’une belle pointe de joie. Alors certes le joli brin de voix de Madeline n’est pas étranger à cela, car si Will Oldham la remplaçait le temps de ces 10 titres il est évident que nous serions tous à nous essuyer les yeux sur la grand voile. Mais Madeleine, humanitaire dans l’âme sait mettre de la lumière là où il en manque, réchauffe notre cœur quand il est froid avec ses chansons et une boisson chaude, sait que la vie d’un pirate est encore plus courte qu’il faut la consumer par les deux bouts.

Rum Tum Tiddles à défaut de nous ramener sur terre sain et sauf d’esprit, aura la bonne idée de nous décrocher la lune, ce qui est déjà exceptionnel pour des gens qui n’ont souvent qu’un horizon courbe à offrir. « We Could Be Pirates » l’antidépresseur de ces années moroses. Plongez il n’est jamais trop tard




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.