> Critiques > Labelisés



Démarrons par une mauvaise nouvelle : à l’instar de groupes tels Chokebore ou Labradford, on peut annoncer avec quasi-certitude que le prochain album de Hood n’est pas près de voir le jour, pour des raisons assez obscures d’ailleurs. Mais réjouissons nous de suite, le mélange de folk et d’electronica mise au point par les gars de Leeds quelques années plus tôt va lui perdurer. Après Chris Adams via Bracken, voilà donc The Declining Winter, soit le side-project de son frère Richard. Pas besoin d’être un expert de la critique musicale pour remarquer immédiatement la filature avec la maison-mère. Pas besoin d’écouter l’album non plus, la simple observation du packaging suffit : même graphie, même panorama mis en valeur qu’à l’accoutumé. Musicalement parlant, les deux titres qui ouvrent Goodbye Minnesota auraient leur place sur Outside Closer : la voix est toujours traînante, les mélodies, arrangements et autres bruitages semblent avoir déjà été entendus ce qui, paradoxalement, n’est pas déplaisant. On s’installe même très facilement dans ce paysage hivernal qui s’écoute d’un bloc, en l’absence de titre phare. On pourra regretter le déficit de voix qui aurait enjolivé certaines parties instrumentales, mais ce manque est judicieusement comblé par les ambiances vaporeuses qui habitent la fin de l’album à la manière de Pan American. Moins entraînant que You Know About The Need de Bracken, Goodbye Minnesota reste très accessible, éminemment recommandable à tous ceux qui attendent d’autres nouvelles en provenance de Leeds.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.