> Critiques > Labelisés



Libéré par un dominique A sequestrateur de talent notre duo bandé est de retour plus foutraque et pieuvre que jamais. En Moloko (kitchen drone) en Calexico (domino fox) en Swell (foldpython / miami B. Real) nos Oslo Telecopic cachent une identité multiple passant sans peine les frontiéres devant des douaniers ne se doutant pas que derrière tout cela se cache une machine subversive et addictive plongeant l’auditeur à la fois dans l’effroi et la perplexité. Fade2grey est le moment ou tout semble s’annuler, ou Oslo dérive vers les plaines de du far west, où Fade To Grey est ici sans visage caché sous un micro d’effet mais beaucoup de sentiment. Cafarneum parallèle (Cosmis) ce nouveau Oslo Telescopic améliore un peu plus son sens du non rangement se foutant des cheveux qui dépassent (sauf des bandelettes) ou de la signature d’un traité de guerre contre la conformité. Ces deux momis gribouillent des choses avec des formes aléatoires et essayent par la suite de les habiller, comme eux l’ont certainement fait quand leur corps à pris des formes nouvelles. Short Range Luv est le bruit que deux plaques tectoniques à climat différent font quand elles sont tirées à tours de bras par deux français mabouls. Mais où s’arrêteront ils ? Sur notre platine ca c’est évident.




 autres albums


 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.