> Critiques > Labelisés



Eloignes toi de lui il véhicule de mauvaises ondes, il t’emmène droit au suicide, regardes ce qu’a fait elliott Smith avec ce genre de comportement. Voici en préambule comment notre géniteur pouvait nous mettre en garde face à un nouveau voisin qui portait en ses yeux toute la tristesse du monde, et accroché à une lanière une six cordes pour mieux la faire passer cette mélancolie. Troy von balthazar aurait pu être un de ces voisins, un type qui nous taperait sur l’épaule nous disant avec le réconfort d’un vent glacial que pour lui aussi tout ne va pas pour le mieux. L’avantage avec Troy c’est que la lumière est dans sa voix, elle éclaire une musique au plus prêt de l’épure même sur un i block the sunlight out qui rappelle combien l’enfermement est un retour sur soit qui peut être bénéfique. En quatre titres l’ex chokebore ne devrait pas être l’ami à cacher, ou alors dans le simple désir de le garder pour soit même. Un voisin à serrer entre vos bras, le bonheur sera réciproque. Magnifique.