> Critiques > Labelisés



Il y a de ces transformations qui peuvent laisser perplexe. Le passage de Frank Leboeuf en footballeur avait de quoi inquiéter son entourage. Pour Archive, c’est simple, la mue est perpétuelle que cela marche ou non. Découvert par le somptueux Londinium (sorti trop tard pour prétendre ramasser la mise) archive muta en mixture bizarre entre pop et trip hop survitaminé. Porté par la chanteuse suzanne wooder, take my head s’avéra un échec retentissant, ce qui suivant markus était on ne peut plus normal. Avec ce nouvel album ne pouvant pas casser son image (il n’en a pas) casse sa musique une fois de plus. Nous allions entendre ce que nous allions entendre. Again qui ouvre le LP, long morceau de quinze minutes mais on en redemande de cet archive même si l’ombre du floyd y est omniprésente. Direction numb, imposante et oppressante chanson. Archive s’essaye à la Mezzanine. C’est moins bien que l’original mais il n’en demeure pas moins un must de cet album qui en est cruellement sevré. Il faudra attendre finding is so hard pour entendre quelque chose d’intéressant. Une rythmique métonymique pour ces quinze minutes de complaintes. Radiohead poussé à l’extrême ou une version 2002 de ce que serait le floyd. Orgue massacré, bruits stridents, jamais dans le confort même si une vois féminine adoucira l’ambiance après ce matraquage. Sorti de ces trois morceaux (qui en temps représente les ¾ du disque) pas grand-chose à classer. Car comment écouter cet opus sans regretter la période de Londinium. Meon et son excès de sucrerie, goodbye copie conforme d’un radiohead doux amére mâtiné d’un U2 en perte de vitesse. Fool quand à lui reprend les effets sonores de Londinium. Bonne idée de base quand elle est mise à la disposition d’une bonne chanson. En anglais comment disons nous faute ? fool ! isn’t it !. Hate bon résumé de ce disque précède l’ennuie sur need. Certes tout le monde à le droit d’enregistrer le bon copain qui gratte deux accords pour une vague histoire de remplissage. Mine de rien ce disque est celui de créateurs fainéants car à l’écoute de now and then (twin peaks revival) archive avait les moyens de ce réinventer autrement. Malheureusement à trop écouter les autres on fini par s’oublier soit même. Déception




 autres albums


 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.