> Critiques > Labelisés



Etrangité étrange, le premier morceau de ce Couture, couture, couture, Dead Wrong, commence par un couplet du morceau Horse with no name d’America. America ce groupe qui sévit principalement dans les 70’s et qui sorti un bijou pop en la matière d’Holiday. Tout ça pour dire qu’il n’y a rien en commun entre America et Frausdots. Certes les deux font ou ont fait de la pop, mais Frausdots sur ce premier album, essaye de combiner ce son des 80’s qui leur tient à cœur, avec les mélodies des gens d’aujourd’hui. Et cela fonctionne plutôt bien. J’irai même jusqu’à dire que Couture, couture, couture est un bon disque. Bon parfois il y a un coté un peu kitsch avec ces claviers vaporeux, et cette voix proche parfois de celle d’Ian Curtis. Or je suis sur que Curtis ferait aujourd’hui les mêmes disques que Mark Hollis. Mais finalement on se laisse très facilement prendre par ces mélodies très bien ficelées, ces lignes de basse implacables. Des morceaux comme Fashion Trends, qu’on croirait sorti d’un disque des Cure, ou The Man Who Dreaded Sundown morceau aérien, sont autant de facettes d’un groupe qui vit vingt ans en arrière. Il reste, malgré tout, pas mal de passages douteux, voire franchement ratés, comme sur Current Bleeding, dont ils auraient pu se passer. Comme on m’a toujours dit à l’école PMF (peux mieux faire). En vous remerciant.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.