> Critiques > Labelisés



Derrière ce titre d’album tiré de Kerouac se cache un groupe ayant autant de chance de faire la couverture d’un magazine de mode que Cali en a de redevenir crédible. Brut de décoffrage et loquace, the hold steady echaffaude des cathédrales massives au dessus desquelles Costello et Springsteen semblent trôner comme des icônes prévisibles. Boys and girls in america est à la fois une ode à cette jeunesse qui doit bigrement se sentir paumé depuis une dizaine d’année. Si l’absence d’artifice peut sembler préjudiciable, la sincérité évidente de ces chansons taillées dans le massif touche plus que l’importe quel hululement d’un folkeu neurasthénique voulant jouer avec nos âmes comme Bruel au poker. Brut et après tout attachant. La sensibilité d’un parpaing.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.