> Critiques > Labelisés



Premier album solo pour matt elliott depuis qu’il a mis officiellement un terme a l’aventure de the third eye foundation. Un disque noir, très noir, mais le génie de matt elliott ressort toujours autant. Bon autant commencer par les reproches que je fais à ce disque. Déjà la pochette qui se rapproche de celles de marilyn manson (ouch)et que je n’aime pas du tout. Pour ce qui est de la musique, je dirais parfois que le coté trop sombre de ce disque m’ennuie parfois... Par exemple je trouve que le morceau also ran manque d’inventivité et j’avoue avoir du mal a l’écouter en entier. Ceci dit the mess we made reste un bon disque dont on ne ressort pas indemne, comme ceux de feu third eye foundation. Une musique de tombeau dirais je, presque gothique : en écoutant ce disque on se voit bien flâner dans un cimetière, un jour de pluie. Sur la plupart des morceaux un simple piano nous joue sa joie de vivre. A chaque fois que j’écoute ce disque, il me vient la vision du sublime dracula de coppolla, ou le conte dracula n’est en fait qu’une âme seule a la recherche de l’amour et qui a perdu la foi. Et c’est un peu le résumé de ce disque en quelque sorte : matt elliott semble en avoir marre des beats jungle, un seul piano lui suffit désormais pour exprimer ses émotions. Toutefois le coté omniprésent, dark de l’album l’étouffe un peu trop je trouve, on aurait aimé un fois dans l’album retrouver une mélodie plus angoissante moins apaisante... Matt Elliot change et on ne peut que l’encourager. En vous remerciant.