> Critiques > Labelisés



Avant de commencer, petite information afin de faire face à la possible acculturation de certains lecteurs (celle là elle va me revenir en pleine tronche) Midas n’est pas le dieu de la musique ou l’archange du pot d’échappement, c’était avant tout le roi de Phrygie à qui on colle pas mal de légendes aux basques dont celle d’avoir été une oreille aussi respectée que l’écriture de Guillaume Musso par certaines femmes frigides du 16 éme arrondissement de Paris.

Donc appeler « Midas Tombe » son groupe est peut être aussi dangereux que de nommer son groupe Téléphone quand on a de la friture sur ses lignes d’écriture. Pour vous expliquer schématiquement, mais avec le plus de justesse et d’honnêteté je vais devoir quand même faire preuve d’une habilité hors norme. On me présente, quand je dis on c’est la feuille de presse, Midas Fall comme la rencontre de l’electronica, du post rock et du rock alternative accompagné d’une pincée de rock progressif (si si) avec Elizabeth Heaton qui serait à la mélancolie ce que Lance Armstrong était à l’injection avec un cintres, c’est à dire la meilleure.

Alors si la rencontre pouvait étonner, mais après tout nous avions déjà subit la réunion d’une hyène et d’un sous groupe inde de quatrième division (les cranberries) il était alors dans nos cordes d’apprécier autant de style musicaux, proches certes, avec la voix mélancolique et prenante de la plutôt jolie Elizabeth. Et bien je ne vais pas y aller par quatre chemins (je pense d’ailleurs que la chronique est déjà assez longue comme cela) l’ensemble est aussi digeste qu’un concert de charité donné par Mogwaï reprenant des chansons de Dido avec Lara Fabian au chant….et j’exagère à peine.

Dans la mythologie indé je doute que « Wilderness » laisse une place impérissable, tant les wagons de clichés abondent sans que le groupe prenne le temps de faire office au moins de centre de tri. Alors pour vous faire une idée simple, allez écouter « Fight First » qui est à la modestie d’écriture ce que Marcel desailly était à la modestie footballistique.

Bon c’est pas le tout j’ai un contrôle technique à faire.




 autres albums


 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.