> Critiques > Labelisés



Après pas mal de collaboration avec la scène française, le suédois Peter Von Poehl est de retour, avec sa voix parfois énervante, quand elle ressemble trop à celle de Phil Collins, et son écriture pop/rock/folk, qui nous fait parfois penser à une filiation évidente avec Elliott Smith. May Day, ce second album est une suite de chansons simples et mélodiques qui oscillent entre mélancolie et pop à l’aspartame. Très lumineux et aéré May Day est un disque aimable, au sens premier du mot. Il ne connaît pas de pic ni de trou, en s’abstenant quand même de l’électro cardiogramme plat, comme sur « Wombara » petite merveille, que l’on comparerait volontiers avec une pièce d’horlogerie au mécanisme impeccable. On se perdra sans problème dans l’espace (le très beau « Lost in Space ») on ira à Mexico par deux fois pour mieux en faire le tour, et on touchera du doigt la fin du monde, avec une bonne dose de bonheur. May Day est un disque comme on en croise pas mal, des attrapes cœur de leur époque, des disques qui ne seront jamais en tête d’affiche, mais qui survivront sans aucun problème à celle ci. May Day, May Day.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.