> Critiques > Labelisés



Si l’on en juge les photos présentes dans le boitier du cd, Ora Organ nous arrive du début du vingtième siècle, Elle a probablement croisé Calamity Jane dans un bouge sordide, jouant ses chansons quand l’homme au piano bar régurgitait son alcool trop fort. Mais Ora Organ est une de nos contemporaines. Elle nous arrive tout de droit du Canada, et c’est là qu’elle aura cultivé son goût pour une folk terreuse, mise au service d’une voix éthérée, ne touchant terre que pour mieux se rouler dans un champs ou dans l’herbe. Avec sa guitare avec qui on sent une histoire d’amour tout à la fois forte et contrariée, Ora Organ chante des histoires dans lesquelles les recoins ne sont pas sans nous rappeler certaine chimère de Lou Barlow. Mais ce que fascine c’est cette voix, comme si Janis Joplin n’avait pas d’éraillement au fond de ses phrases, mais plutôt une rivière apaisante (« The Way »). Jamais soûlant d’aussi peut de moyen, Ora Organ parvient même à combler l’espace rendu disponible par ces économies, remplissant l’espace (le sublime « You’re Not Free »). Sur l’ensemble du disque jusqu’au terrible « You’re Gonna Leave Me » Ora empoigne son auditoire comme rarement l’aura fait une jeune femme, renvoyant presque Cat Power à ses jérémiades de survivantes, se glissant entre Nick Drake et Tarnation. A découvrir absolument.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.