> Critiques > Labelisés



Pas tout à fait un disque de « (Please) don’t blame mexico », « Carolina now » en a quand même la saveur, le déséquilibre popisant et festif. Ce disque à une histoire pleine de charme. Maxime Chamoux en vacances chez Brent Ballantyne (alias Henry Sparrow) en Caroline du Nord, avait décidé d’enregistrer des titres avec son ami. A la recherche d ‘un piano ils en trouvèrent un dans la chapelle O’Kelly, un piano fatigué par le temps. Il ressort du coup de cet enregistrement quelque chose tout à la fois de mythique dans le sens bénédiction de créer de façon impromptu, mais surtout quelque chose de fort, une puissance aussi dévastatrice. Avec « The behinders » morceau totalement débridé ou encore le « 1991 » dont l’intro n’est pas sans nous rappeler le « Greatest » de Cat Power, Maxime nous raconte des histoires, des vraies, des rêvées, des tristes, mais toujours avec ce piment que sait y mettre (P)DBM. Un disque intimiste suggérant le rassemblement festif.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.