> Critiques > Labelisés



Pas facile quand vous êtes fan de Will Oldham, de Smog, de Dead Can Dance, de remonter un ami dans la dépression, quand celui-ci voudrait la faire pas le biais de la musique. D’avance sachez, même si le bon goût voudrait que je m’en passe, je ne suis pas actuellement visiteur de prison. Et puis sachez aussi que je tiens entre les mains le remède absolu, pour les autres, car pour moi Palace a été le meilleur remède pour en sortir, entendre que cela va encore plus mal pour quelqu’un d’autre reste une chose jubilatoire et donc pleine d’espoir. Ce remède est le nouvel album de Oxford Collapse. Prénommé judicieusement the « night parties », même si le midi ou au réveil c’est pas mal non plus, cet album fait se rencontrer en autant de chansons qu’il peut y avoir de corne sur la tête de la femme d’une institution financière mondiale, aussi bien Pavement que les Pixies, Cure, That Petrol Emotion, The Fall, Franck And Walters, Wedding Présent, Ride, Sebadoh, Gumball, Dinausor Junior, Nirvana, Sonic Youth…….(je coupe par une habilité de l’écriture que sont les trois petits points, car j’ai peur d’outrepasser le nombre de signes que je m’accorde à moi même) sans que les références se sentent totalement. Prenez au hasard « Young love delivers » c’est une chanson banale, ça cavale pas mal, le refrain est comme une respiration pour un batteur en passe de devenir tétraplégique, et pourtant cela fonctionne comme ci le titre révolutionné la musique. Attachant comme peut l’être le gang de David Gedge, que nous tenons ici comme le patriarche de l’indie pop comme nous aimions la gouter (là je joue les vieux cons) Oxford Collapse signe un disque que l’on nomme kleenex à sa sortie car vite oublié, mais qui perdura et vivra plus longtemps que certains chefs d’œuvre autoproclamés qui eux auront la durée de vie d’un enfant chez les époux Courjault. Tranxene, Nambutal…non non Oxford Collapse.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.