> Critiques > Labelisés



Aether est un concentré alléchant. Perdu dans une forêt, Aether aura comme repère sonore, le basson (l’ami en bois de Mark Hollis), les voix qui nous semblent proches d’Encre, et les arpèges des frères Adams, eux qui aiment tant la campagne. " Se perdre : Contre " assimile tout, et ressort la plupart du temps indemne. Quelques rapprochements trop périlleux, leur coûtent de la fluidité et les voix ne sont pas toujours à la hauteur. Après l’ensemble de " Se perdre : Contre " est quand même très envoûtant. Ils n’ont pas froid aux yeux mélangent des genres qu’on aurait pu croire incompatibles, ils s’élancent avec conviction dans des chemins qu’on aurait pu croire impraticables, débroussaillent, et finalement leur audace paye. Où comment réunir sur un seul et même morceau Mark Hollis en intro, Meanwhile back In Communist Russia, pour les rythmes et pour ce synthé et Encre pour l’ambiance générale. Sans les voix cela aurait pu être l’extase. Un disque intéressant, parfois un peu trop intéressé, mais qui a l’envie d’aller plus loin que la simple idée que ce qu’on fait les anciens méritent le respect. Faut réveiller Mark Hollis. En vous remerciant.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.